Transition Positive : un autre monde est possible, faisons le savoir !


La crise. Qu’elle soit économique, environnementale, ou de confiance, elle est aujourd’hui sur toutes les lèvres. Pourtant, des solutions existent. Elles construisent les bases d’une transition sereine, menant vers un monde nouveau. Un monde meilleur qui réconcilie l’économie, l’humain et l’environnement. Dans l’alimentation par exemple, thématique centrale de cette première édition du concours « Transition Positive », les initiatives se multiplient. Porteuses de sens, socialement intégratrices, génératrices de valeurs, en cohérence avec nos moyens et les ressources de la planète, elles privilégient le « bien-vivre ensemble ».

De janvier à mai 2014, en partenariat avec Open Odyssey, SciencesCom et l’ADEME, nous avons accompagné une centaine d’étudiants de deuxième année du Cycle master à l’école de la communication et des médias et les avons invité à endosser le rôle de colporteurs de bonnes nouvelles et de bonnes pratiques en matière d’alimentation. Leur objectif : contribuer à l’accélération des changements de comportements alimentaire, par la mise en lumière de bonnes idées et pratiques qui revisite le cycle alimentaire, de la fourche à la fourchette.

Transition Positive c'est quoi ?



5 minutes pour convaincre…


Le samedi 17 mai 2014, de 9h30 à 14h, au Théâtre 100 Noms de Nantes, les quinze groupes d’étudiants de Sciencescom, qui ont participé à l’opération Transition Positive au cours des quatre derniers mois, ont présenté leurs livrables (blog, animation web, infographie, campagne d’affichage, projet d’événement, etc.). Ils avaient cinq minutes chacun pour se mettre en scène et donner envie aux médias d’en savoir plus sur leur projet, voire de relayer leurs productions.

Trois grandes thématiques autour de l’alimentation


« Production » d’un côté, « consommation » de l’autre, sans oublier « le sociétal », voici les trois thématiques qui étaient balayées. Les interventions des étudiants étaient enrichies par des témoignages d’associations, institutions et autres acteurs du territoire.

Une mobilisation sans précédent


Les étudiants ont déployé beaucoup d’énergie sur des sujets variés. Ils n’ont pas hésité à aller à la rencontre des acteurs du territoire, afin de mieux appréhender les enjeux actuels et futurs de l’alimentation. Certains, particulièrement impliqués, réfléchissent même à la création d’une start-up en lien avec leur projet ! D’autres sont allés jusqu’à initier des rapprochements avec des camarades d’autres écoles de la métropole nantaise, notamment AGR – l’école de l’image.

Au cœur de la démarche : le croisement des savoirs et expertises

Quatre ateliers de créativité ont ponctué ces quatre mois d'aventure : les 28 janvier, 19 février, 19 mars et 16 avril 2014.
A chaque fois la même recette : des acteurs de la communication, de l'alimentation et des institutions publiques et para-publques étaient invités à s'assoir à la table des étudiants pour confronter leurs idées !

Stéphane Paoli, un parrain séduit


Le journaliste de France Inter, présentateur de « 3D, le journal », parrain de l’opération, se dit « très intéressé de voir la jeunesse changer les règles du jeu et notre manière de faire en matière d’information et de communication. Ils ont une capacité à voir le monde autrement et à se projeter dans l’avenir. Il faut profiter de leur énergie. » Persuadé que la bataille alimentaire, qui visera à nourrir 9 milliards d’individus sur Terre d’ici 2050, doit être engagée dès maintenant, Stéphane Paoli invitera quelques-uns des étudiants dans son émission, en juin prochain, pour parler avec eux de la seule réponse possible au problème posé : une réponse systémique, collective et collaborative.

NB : Pour plus d'information, le blog du projet Transition Positive.

Retrouvez l'article d'origine sur le site d'Open Odyssey

Retrouvez le bilan complet de cette première édition de Transition Positive.